Une diminution des contrats de crédit à la consommation

credit personnel

Durant le dernier trimestre, on a noté une baisse notable des crédits à la consommation souscrits, à mesure de 1%. Un événement qui, en 4 ans, n’a pas eu d’égale. Les détails !

Des données inquiétantes

Des chiffres recueillis par l’ASF, au niveau de 285 organismes de financement permettent de confirmer ce constat. Effectivement, sur une période s’étalant sur douze mois, les crédits en général affichent une nette diminution, estimée à 0,2%. Les crédits à la consommation, en particulier, totalisent en janvier seulement 3,2 milliards d’euros.

Les crédits personnels en première place

De manière générale, les crédits personnels ne requièrent pas forcément la justification par l’emprunteur, quant à l’utilisation des fonds empruntés. Ces prêts se trouvent en position dominante dans cette diminution. Une situation qui ne fait pas sourire les établissements de financement, puisque ces prêts figurent parmi leurs premières sources d’activités. Effectivement, les crédits personnels ne comptent pas moins de 30% de la production totale des prêts à la consommation. Pour les banques en particulier, les prêts personnels contractés en janvier  2019 affichent un total net de 985 millions d’euros. Ce qui signifie une diminution de près de 4%, comparée aux contrats enregistrés en janvier 2018. Ce qu’il convient de noter, c’est qu’une telle baisse ne concerne pas uniquement les crédits perso. Les crédits renouvelables, eux aussi, connaissent une certaine flexion. Toujours d’après l’ASF, à la fin de l’année 2018, l’on signalait une baisse de près de 6%, celle-ci devient de plus en plus marquée depuis le début de l’année 2019 : près de 4%.

Le financement des voitures d’occasion à l’abri

Les prêts associés à l’acquisition de voitures d’occasion, eux, ne sont pas concernés par ce fléchissement. Au contraire, les prêts consentis en vue de financer l’achat de voitures de seconde main a, en effet, augmenté de plus de 10% en douze mois, environ 325 millions d’euros en janvier. Pareil à ceci, les contrats de location en vue d’achat de véhicules d’occasion ont bondi de 30%.

Pour rappel, ce secteur avait bénéficié d’un financement de plus de 40 millions d’euros. Néanmoins, cette situation ne lui permet pas de ranger sur la même ligne que les activités les plus fréquentées. Pour ce qui est des crédits octroyés dans le but d’achat de voitures neuves, les chiffres sont plutôt stagnants. Ils indiquent régulièrement des statistiques stables. Les crédits contractés ainsi que les opérations en LOA ont affiché en début d’année, un montant s’élevant à près de 675 millions d’euros.

Posté le 20 mai 2019 dans Actualités